AUREUS

The AuREUS system is an evolution for walls/windows, and uses technology synthesized from upcycled crop waste to absorb stray UV light from sunlight and convert it to clean renewable electricity.

IT champions the issues of UV sequestration, better access to solar energy for climate change mitigation and supporting the local agriculture industry hit by calamities by upcycling crops that would otherwise be considered wastes thus, mitigating farmer loss.

Excess UV exposure in urban areas are being induced by glass buildings. The inspiration for the solution came from how Auroras were made. High energy(gamma, UV) are degraded to low energy state (visible light) by luminescent particles in the atmosphere. The tech is based on this concept and used similar functioning particles. 2 Solar Farms are built horizontally and never vertically, until now. Since AuREUS captures UV, it can produce electricity even when not facing the sun. Buildings clad on all sides with AuREUS become vertical solar farms. 3 Crops easily spoil and cause losses to farmers. With this tech, wastes can now be upcycled.


Photos

Montreal Convention Center. Conversion to AuREUS tech will unlock additional 18kW power asset.
The advantage in power density against solar farms.
Carvey Ehren Maigue

Videos


Press releases


Contact

Carvey Ehren Maigue

UNIVERSITY / INSTITUTION, Mapua University, Philippines

ECOVATIVE

 

En utilisant du mycélium – la partie végétative du champignon – Ecovative a mis au point un certain nombre d’innovations, parmi lesquelles une alternative écologique au polystyrène expansé, repris par Dell par exemple pour emballer ses ordinateurs et les protéger des chocs.

Le matériau Myco Foam est biodégradable à 100% et revient à la terre sous forme de nutriments. Sa fabrication ne dépend pas du pétrole contrairement au polystyrène classique. Le géant suédois du meuble en kit, Ikea, a annoncé son souhait de remplacer ses emballages en polystyrène par ce matériau.

Parmi les autres utilisations possibles : des entremêlements bois/champignon pour la construction de mobilier d’intérieur sans formaldéhyde (produit nocif pour la santé présent dans certains meubles) ; des kits pour faire pousser son propre mycélium à la maison ; et des ours en peluche-champignon !


Planche de la Biomim’Galerie : https://flic.kr/p/UqZZFy

 

MYCOWORKS

 

Les champignons possèdent une partie végétative souterraine, formant un réseau filamenteux assez dense, c’est le mycélium.

La start-up américaine MycoWorks créée en 2013 considère le champignon comme un matériau. Elle a développé en octobre 2016 un procédé de fabrication de « cuir » à partir de champignons. Ce mode de production est peu polluant, mais il offre surtout une alternative à l’utilisation des peaux animales.

Pour le produire, il faut faire pousser dans un moule du mycélium avec un substrat, et des déchets organiques, comme nourriture. Le mycélium va au fur et à mesure se densifier et prendre la forme du moule. Pour obtenir le résultat final, il suffit de faire sécher le produit puis de le passer dans un four pour éliminer tous les microorganismes.

Ce cuir écologique, biodégradable, et à faible empreinte carbone, est prometteur, d’autant plus que la production obtenue à partir de mycélium est évidemment beaucoup plus rapide (et moins mortelle 🙂 que celle avec une vache (par exemple). Pour une même dimension, la production nécessite quelques semaines avec les champignons contre 3 ans avec un animal.


Mars 2021 : la société Hermès a dévoilé son nouveau sac de modèle Victoria, en toile, cuir de veau et Sylvania, un alter-cuir de mycélium, développé grâce à la technologie Fine Mycelium produit par MycoWorks !!

Post LinkedIn : https://www.linkedin.com/posts/mycoworks_finemycelium-collaboration-hermes-activity-6776198444341186561-7A6E

Press release : https://www.mycoworks.com/introducing-sylvania-by-hermes


Planche de la Biomim’Galerie : https://flic.kr/p/UjmbGD


Site web

 

NASA – THE ALBATROS FLIGHT

NASA Albatross Dynamic Soaring Open Ocean Persistent Platform UAV Concept

This concept investigate the feasibility of a dynamic soaring (DS) UAV that will have an endurance on the order of months.

This capability is enabling for numerous civil missions from ocean and atmospheric science to fishery surveillance and monitoring. Many of these missions are simply not feasible do to the cost of operating a fueled aircraft with limited endurance.

An aircraft such as this could be built in the thousands. They would distribute themselves over the oceans of the planet providing a robust surveillance network that has persistence which is only limited by the reliability of the hardware. This aircraft is based on the Albatross which in habitats the southern oceans by Antarctica.

The typical Albatross weighs about 25 lbs. They have an aspect ratio 16 wing with an 11 foot span. They are estimated to have an L/D of 27. Since there are few static soaring opportunities over the ocean, the Albatross uses a technique called Dynamic Soaring (DS) to maintain flight. Dynamic soaring is a figure eight-like flight maneuver that takes advantage of horizontal wind gradients to maintain flight speed and altitude.

The albatross can travel over 1000 km per day without ever flapping their wings through the constant use of such maneuvers, while able to tack any direction with independence of wind direction The Albatross is also able to lock their shoulder joint to rest their muscles and even capable of sleeping while performing the DS flight maneuvers.

This UAV Concept has the same weight and size of the Albatross and would be propelled by the wind alone utilizing this same DS technique. Tip turbines on the wing tips extract power from the tip vortex to power the payload and recharge the batteries. When the wind dies the aircraft has the ability to safely land on the surface of the ocean. Solar cells will be used to keep the payload and other electronics running. The tip turbines can also be used as propellers to provide takeoff thrust and at other times to provide auxiliary propulsion to allow the aircraft to maneuver away from an obstacle.


Dynamic Soaring: How the Wandering Albatross Can Fly for Free


Delphine Bouvier

Delphine Bouvier
Open innovation, sustainable development

Organic chemistry Engineer – graduated at INSA Rouen in 1994

Spent 10y in textile industry as material and process development manager
– DIM – Sara Lee group from 1994 to 2004

Joined L’Oréal research & development in July, 2004 and had different
positions related to cosmetic raw materials, technologies and methods
development with external partners

Joined Nihon L’Oréal in 2014, as the head of advanced research Japan and
Korea, covering all activities related to scientific collaboration with external
partners, in the field of material and life sciences.

Coordinator of the Loreal sustainable program: Sharing Beauty with All for
R&I Asia.

Recently back to France as Greensciences program director for R&I and
open innovation for partnerships related to sustainable development.

 

JEAN-MARY PIERRE

Après une carrière de Directeur des Ressources Humaines au sein de plusieurs entreprises et groupes, j’ai décidé en 2007 de créer Aut’heur d’hommes, cabinet conseil spécialisé en motivation au travail, management et QVT. Tout au long de cette activité d’appui aux entreprises, j’ai été frappé par le fait :

  • que les décideurs étaient tous à la recherche de modèles de management leur permettant de concilier les besoins de leur structure avec les attentes de leurs collaborateurs
  • que tous les modèles qui se succédaient avaient été créés par l’homme au prix d’une démarche intellectuelle visant à inventer de toutes pièces des processus dont il espérait qu’ils répondraient aux objectifs recherchés.

Lorsque j’ai découvert le biomimétisme, il m’est apparu évident que les modèles tant espérés ne devaient pas  être recherchés de façon artificielle mais devaient au contraire procéder d’une redécouverte de ce que le vivant avait inventé pour assurer non seulement la survie mais également l’expansion des espèces durant trois milliards et demi d’années.

La nature n’a-t-elle pas en effet déjà tout inventé ?

L’IEB, que j’ai cofondé avec Michel Bacquet, est né de cette volonté de transposer en entreprise les dynamiques les plus performantes du vivant pour les mettre à la disposition du management des collaborateurs. A la fois espace de recherches et cabinet conseil, l’IEB propose aux entreprises les soutions pour renouveler le management des collaborateurs d’après-crise.


LinkedIn

 

LOIC DEYRA

Loïc DEYRA a obtenu son doctorat au Laboratoire Charles Fabry de l’Institut d’Optique en 2014 sous la direction de François Balembois. Son travail portait sur l’étude de nouveaux cristaux optiques pour les lasers ultraviolets.

Il participe ensuite à la création de l’entreprise SPARK LASERS, qui commercialise des systèmes lasers industriels pour le micro-usinage.

Il rejoint ALPhANOV en 2016, où il dirige un projet de recherche sur la métrologie et la fonctionnalisation des matériaux optiques, et commence à s’intéresser aux formidables propriétés des surfaces bio-inspirées.

Après un Master 2 en Stratégie de la propriété Intellectuelle à l’IEEPI, il occupe depuis 2020 le rôle de Responsable des Partenariats et des Projets R&D à ALPhANOV, et a à cœur de faire émerger des projets innovants pour contribuer à la transition écologique.


LinkedIn

 

BIOINSPI

Bioinspi, le premier podcast en France qui vulgarise le biomimétisme et la bio-inspiration en vous racontant les histoires fascinantes de la nature.

A chaque nouvel épisode, c’est Aïna Queiroz (l’exploratrice, pour les intimes), biologiste spécialisée en botanique et en primatologie, qui vous fera partir à la découverte d’êtres vivants hors du commun : Bactéries, Bêtes, Plantes, ce sont les stars de ce podcast !

L’idée c’est juste de vous raconter des histoires -celles de la vraie vie- en faisant voyager votre imaginaire au travers d’une immersion sonore.

La première saison a été soutenue par Seqens, Biomim’Expo et Premium Beauty News.

Illustrations : Sarah Velha



Ecoutez tous les épisodes ici


Contact :

Aïna Queiroz

aina.queiroz@novacap.eu

JANNICK LERAT

Yannick Lerat est le directeur scientifique de The SeaCleaners. Il est titulaire d’un doctorat en océanographie délivrée par l’Université de Brest (UBO, France) avec une spécialité à la fois en chimie et en biologie. Le sujet de son doctorat portait sur les cycles biogéochimiques côtiers liés aux échanges entre l’eau et les sédiments.

Yannick a passé 15 ans au sein des équipes R&D d’Eastman Kodak Company et a notamment travaillé sur l’intégration des approches biomimétiques dans la conception de nouveaux matériaux et procédés.

Ayant décidé de revenir à ses premières amours sur l’écologie côtière, il a ensuite rejoint le CEVA (Pleubian, France), un centre technique de R&D travaillant sur les applications liées aux algues. Après 12 années en tant que directeur scientifique du CEVA, Yannick a choisi de rejoindre l’équipage de SeaCleaners et le projet Manta, où il est fier de contribuer de manière significative à la protection des écosystèmes mondiaux en travaillant sur les déchets plastiques marins.


LinkedIn

 

AUDREY DEVIDAL

Audrey Devidal est docteur en biologie avec une expérience professionnelle de plus de 13 ans dans le domaine de la valorisation de la recherche et du transfert de technologies, principalement dans des organismes publiques mais aussi dans le privé.

Parcours :

  • Chargée de partenariats public-privé et de la valorisation de la recherche
  • Muséum National d’Histoire Naturelle
  • Chargée d’affaires entreprises et transfert de technologie – Sciences de la vie et de la terre
  • Université Pierre et Marie Curie (UPMC)
  • Chargée de valorisation de la recherche – Sciences de la vie et santé
  • Université Paris Est Créteil Val de Marne (UPEC)
  • Chargée d’étude Marketing Brevets et Licences – Sciences de la vie
  • France Innovation Scientifique et Transfert (FIST SA)

LinkedIn