Biomim’Galerie

Retrouvez à Biomim’expo la galerie de planches pédagogiques illustrant le biomimétisme par une série d’innovations bio-inspirées dans de larges domaines d’applications.

Ce travail rédactionnel provient des relations continues de l’agence avec le réseau académique et économique du biomimétisme mais aussi du travail de veille stratégique NewCorp Observer qui enrichit régulièrement nos bases de données.

Les planches sont conçues en miroir, avec d’un côté un grand visuel de la nature inspirante, et de l’autre l’explication et l’histoire de l’innovation bio-inspirée et de ses auteurs. Cette galerie au delà de révéler une collection étonnante et inspirante d’innovations est aussi un formidable outil de réémerveillement et de sensibilisation à la biodiversité. Pour ces deux raisons, biomimétisme & biodiversité, ces planches sont régulièrement proposées par NewCorp Conseil en expo éphémère auprès de publics internes ou externe, particuliers ou professionnels. L’impact est garanti à chaque fois ! (pour en savoir plus, les informations sur l’expo Biomim’Inside sont ici).

Un aperçu de quelques planches ci-dessous. Et toute la galerie sur le compte Flickr ici.


DAMIEN CHABLAT

Damien Chablat, Directeur de Recherche CNRS ; Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes. Responsable de l’équipe Robotique et Vivant. Directeur adjoint du GDR 2088 Biomimétisme et Bioinspiration

Damien Chablat a obtenu son doctorat en génie mécanique à l’École centrale de Nantes et à l’Université de Nantes en 1998. Pendant un an, il a travaillé au Centre de machines intelligentes de l’Université McGill avec le professeur Angeles. Il a rejoint le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) en 1999 pour travailler au sein du groupe Robotique de l’Institut de Recherche en Communications et Cybernétique de Nantes (IRCCyN).

Il est devenu directeur de recherche au CNRS en 2011. Depuis le 1er janvier 2017, Il est responsable de l’équipe de Robotique et Vivant qui étudie les robots humanoïdes, les robots bioinspirés et l’interaction entre les humains et les robots. Ses intérêts de recherche comprennent la robotique, la conception de manipulateurs parallèles, la conception bio-inspiré et l’évaluation de la fatigue humaine pour des tâches industrielles.


LinkedIn

ResearchGate : https://www.researchgate.net/profile/Damien_Chablat

Sophie Ramananarivo

Sophie Ramananarivo, maître de conférence à l’école Polytechnique, travaille au laboratoire d’hydrodynamique LadHyX. Ses travaux de recherche portent sur l’interaction d’objets déformables ou mobiles avec le fluide qui les entoure, comme les mécanismes de locomotion de poissons dans l’eau. Son équipe s’intéresse également aux stratégies de survie des plantes pour résister à des vents ou courants forts. Leur capacité à plier et changer de forme pour se protéger, offre des perspectives intéressantes pour le développement de structure résilientes bio-inspirées.



ResearchGate : https://www.researchgate.net/profile/Sophie_Ramananarivo 

 

MARC JEANNIN

Marc Jeannin est docteur en sciences de la matière condensée depuis 1994. Sa thèse, réalisée au Laboratoire de Spectrométrie Physique de l’Université de Grenoble, portait sur la « reconnaissance moléculaire dans les solutions ioniques paramagnétiques par relaxation nucléaire”. Il a ensuite rejoint en 1995 l’université de La Rochelle en tant que Maître de Conférences dans l’équipe de corrosion marine du Laboratoire des Sciences de l’Ingénieur pour l’Environnement (LaSIE – UMR CNRS). Il a ainsi travaillé sur la corrosion marine des infrastructures portuaires et la protection cathodique. 

Il est alors devenu un spécialiste de l’analyse de la couche de rouille par micro-spectrométrie Raman et DRX. Il a alors passé son Habilitation à Dirigée des Recherches (HDR) en 2010 sur le thème « Processus d’oxydation du fer en milieu naturel ». Il a été aussi le coordinateur d’une ANR 2013-2018 sur l’agglomérat calcomagnésien obtenu par protection cathodique comme solution à l’érosion côtière (ANR Ecocorail) en collaboration avec 3 équipes des universités de Caen et de La Nouvelle Calédonie et l’entreprise Géocorail SAS. 

Depuis, il collabore étroitement avec des enseignants-chercheurs en microbiologie du laboratoire LIENSs de l’université de La Rochelle sur les processus de bio-minéralisation par des bactéries marines dans le but de coupler l’électrochimie et la microbiologie pour d’une part favoriser le renforcement du trait de côte mais aussi la synthèse de bio-briques à partir de sable de béton recyclé. Cette activité est actuellement financée par un projet PEPS CNRS et sera prolongé par une thèse financée par l’ADEME et le PIA La Rochelle Territoire Zéro Carbone.

Durant sa carrière, Marc Jeannin a développé de nombreuses collaborations internationales avec l’université El-Manar de Tunis, l’université de Béjaia en Algérie et l’université de Johannesburg en Afrique du Sud. Il a encadré ou coencadré de nombreuses thèses et il est également un expert en analyse Raman pour différentes compagnies tel que Arcelor Mital, Michelin, Naval Group, … Il est également co-auteur de plus de 70 publications et de 3 chapitres de livre.


ResearchGate : https://www.researchgate.net/profile/Marc_Jeannin

JEAN-SEBASTIEN STEYER

Jean-Sébastien Steyer enseigne l’évolution des espèces (stégocéphales notamment) et la diffusion des connaissances dans divers établissements en France et à l’étranger (Ecole Nationale Supérieure de Lyon, Ecole Nationale Supérieure de Géologie de Nancy, Université des Sciences et techniques de Lisbonne, UPMC, MNHN, Université de Montpellier, Universités Populaires de Pont-Saint-Esprit, de Franche-Comté ou d’ailleurs).

A quoi ressemblait la Terre avant les dinosaures ? Comment la grande extinction Permien-Trias a-t-elle impactée l’évolution des espèces ? Pour répondre, J.-Sébastien parcoure le monde à la recherche de fossiles, stégocéphales notamment. Ses recherches ont été récompensées par plusieurs prix (Palaeontological Association, Société Géologique de France, Comité National Français de Géologie, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche) et ses nombreux livres (ex. La Terre avant les dinosauresExquise PlanèteLes Mondes Perdus) traduits dans plusieurs langues et salués par la critique (La Science se livrele Goût des sciences).

JULIEN DALLE

Julien Dalle, ingénieur agronome Agroparistech.

Diplomé Agroparistech (anciennement INA-PG), j’ai d’abord exercé des activités de consulting en management, performance opérationnelle, stratégie, pendant 5 ans, avant de réorienter mon activité vers les problématiques de préservation et de restauration des milieux marins.

Je peux ainsi aujourd’hui mettre au service des problématiques d’avenir que sont la lutte contre l’érosion côtière, la préservation de la biodiversité et des ressources halieutique, la conception de modèles d’exploitation raisonnée et pérenne des ressources aquatiques,… les competences d’analyse, de résolution de problème, de gestion de projet et d’optimisation des systèmes que j’ai acquises auparavant. Photographe sous marin, plongeur professionnel, je pilote aujourd’hui au sein des équipes de Seaboost des projets ambitieux et innovants pour induite un réel progrès dans la gestion, la valorisation et la préservation des milieux aquatiques.

Plusieurs de ces projets de déroulent à l’internationale, à la pointe de la recherche dans notre domaine de compétences, et nous intervenons tant sur des missions opérationnelles que sur des sujets d’expertise ou conseil à destination des gestionnaires de sites.

Basée sur le biomimétisme, sur les solutions fondées sur la Nature, sur l’ecoconception des ouvrages en mer, nous innovons pour que notre approche soit toujours plus cohérente avec les écosystèmes en place, responsable, bénéfique pour les communautés locales et induise des effets significatifs, à grande échelle et durables.


LinkedIn


MARION CANALE

Marion Canalé a été étudiante à l’école Sup’Biotech et avant même l’obtention de son diplôme, elle était déjà concentrée sur son projet. Elle a eu l’opportunité de réaliser un stage de fin d’étude sur la thématique liée à son projet et donc se consacrer six mois à la R&D. Le projet était porté par une équipe de sept étudiants de l’école d’ingénieur Sup’Biotech. Une fois le stage terminé, Marion Canalé a directement intégré le programme Shaker du Genopole pour mettre au clair la stratégie de développement de sa future entreprise. 

Cette période a débuté en octobre 2019 et la Start-up a vu le jour en mars 2020. 

Cearitis est né du projet « Athenolive », lauréat du concours Biomim’Challenge 2018 organisé dans le cadre de la Biomim’expo. Cearitis est une entreprise qui propose des solutions bio-inspirées de protections contre les ravageurs du milieu oléicole.

PHIL BECQUET

Chef de Projet Biom’impact Tour : le biomimétisme au cœur de l’innovation sociétale

Formé en Physique Fondamentale à l’Université Paris Diderot, puis en biomimétisme lors d’un MSc “Biomimetics in Energy Systems” à l’Université de Science Appliquée de Carinthie en Autriche, Phil s’est ensuite tourné vers l’univers de l’entrepreneuriat dit “à impact”, en s’occupant de programme d’accompagnement pour porteur.se.s de projets dans le domaine du changement climatique, ainsi que d’événements et communautés dans l’entrepreneuriat social. Actif dans le milieu associatif et en quête de projets qui ont du sens et visent à accompagner une transition de notre société, il a cultivé le rêve de pouvoir un jour combiner l’entrepreneuriat sociétale et le biomimétisme. Cette opportunité s’est présentée à lui avec le Biom’impact Tour, combinant enfin les deux univers qui l’animent.

Un pied dans l’ESS (Économie Sociale et Solidaire) avec Makesense, et un pied dans le Biomimétisme avec Ceebios.


LinkedIn


 

 

ALLAIN BOUGRAIN-DUBOURG

Allain BOUGRAIN DUBOURG est né à Paris. Il fonde, dès l’enfance, un Club des Jeunes Amis des Animaux. À dix-huit ans, il donne des conférences dans les écoles, puis crée une exposition itinérante baptisée « Pavillon de la Nature » afin de sensibiliser le public à la protection de la biodiversité. Soutenu par Jean Rostand et Jean Dorst, il est lauréat de la Fondation de la Vocation en 1969. Après le décès de Jean Rostand, il le remplacera comme membre du Jury de la Fondation.

En 1973, TF1 lui propose de venir parler des animaux dans les émissions de la jeunesse. En 1974, chaque mercredi sur Antenne 2, il anime une chronique animalière dans « Un sur cinq ». Sur cette même chaîne, il poursuit en 1976 avec « Des Animaux et des Hommes », émission hebdomadaire. En 1978, il y crée et produit « Terre des Bêtes ». En 1986, son émission devient « Entre Chien et Loup ». En 1988, il crée « Animalia », diffusée le samedi sur France 2. Suivra la série « A tire d’aile ». En 2000, il anime sur la Cinquième « Les Cinquièmes Rencontres », magazine consacré aux phénomènes naturels. À la radio, il assure la chronique « Curieux de nature » sur France Bleu puis présente, chaque dimanche, sur France Inter « Vivre avec les bêtes » avec Elisabeth de Fontenay. De 2015 à 2017, il assure une chronique le dimanche matin dans le 7/9 du week-end sur France Inter. Depuis septembre 2017, il assure une chronique sur Europe 1, le samedi matin, dans l’émission de Wendy Bouchard puis Bernard Poirette.

Il est également producteur animateur de l’émission « Au nom de la faune », sur la chaîne Animaux, puis du « Journal de la faune » et de « Naturellement » pour la même chaîne. Depuis 1996, il est producteur et réalisateur au sein de la société Nature Productions. Consacrée exclusivement à l’environnement et à l’animalier, cette société produit des programmes diffusés sur France 5 (co-production avec National Geographic), M6, France 2, Canal + etc … Par ailleurs, 2 longs-métrages (une fiction et un documentaire) sont engagés pour le cinéma.

Chargé de mission au Ministère de l’Agriculture, Allain BOUGRAIN DUBOURG multiplie ses actions sur le terrain. Il reçoit des mains du Commandant Cousteau, l’Ordre National du Mérite pour son engagement en faveur de la faune et devient Officier en 1999, puis  Chevalier de la Légion d’Honneur en 2005 et Officier en 2013. En 2000, il est nommé vice-président de l’Observatoire des Marées Noires. Il préside la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) depuis 1986 (60 000 membres et 400 salariés). Il est membre du Conseil National du Développement Durable, du Grenelle de l’Environnement,  puis du Conseil National de la Transition Ecologique. Membre du Conseil Economique, Social et Environnemental, il est également administrateur de l’Ecole de Chiens Guides d’Aveugles de Paris et de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité, conseiller auprès d’Océanopolis, co-président du Comité de Rénovation du Zoo de Vincennes et administrateur du Muséum National d’Histoire Naturelle, jusqu’en 2015.


MARC-ANDRE SELOSSE

Ma recherche est centrée sur l’interaction mycorhizienne, une symbiose entre les racines de plus de 90% des plantes et des champignons du sol. J’utilise des méthodes issues de la biologie moléculaire pour étudier les populations microbiennes et les communautés mycorhiziennes, qui sont largement dominées par des espèces non cultivables.

L’identification moléculaire des microorganismes a révolutionné notre compréhension de la diversité et de l’évolution de ces symbioses.

De plus, les méthodes isotopiques (abondance naturelle des isotopes stables 13C et 15N) fournissent de précieux marqueurs pour étudier la nutrition des organismes, et plus particulièrement les échanges entre les plantes et les champignons in situ.

Mes travaux comprennent une activité et une expertise naturaliste (botanique, mycologie). En étudiant l’interaction mycorhizienne, mes collaborateurs et moi-même traitons des questions générales sur l’écologie et l’évolution des symbioses, en particulier celles qui créent des réseaux entre individus et espèces différentes.

Quatre thèmes majeurs peuvent être distingués :

  • La génétique des populations des champignons mycorhiziens (1994 – actuel), de l’échelle locale (forêt) à l’échelle globale (inter-continentale) ; surtout sur le genre Laccaria, et plus récemment des espèces des genres Amanita et Tuber.
  • Les communautés ectomycorhiziennes des forêts méditerranéennes et tempérées (1998 – actuel), avec un intérêt particulier pour leurs réponses aux perturbations climatiques et anthropiques, non seulement en termes taxonomiques, mais aussi plus fonctionnellement, en mesurant les activités enzymatiques excrétées.
  • Mycohétérotrophie (2000 – actuel), c’est à dire la biologie des plantes qui utilisent leurs champignons mycorhiziens comme source de carbone, ou bien exclusivement (mycohétérotrophie complète) ou bien en complément de leur photosynthèse (espèces vertes dites ‘mixotrophes’). L’identité des champignons associés et l’écophysiologie de ces plantes sont étudiées dans les régions tempérées et tropicales, et interprétés dans une perspective évolutive.
  • Mycorhizes des orchidées (2000 – actuel), en particulier nature des partenaires fongiques (diversité, coévolution), anatomie de l’interaction et métabolisme des plantes (Cf. point 3), dans les régions tropicales et tempérées.

Je suis plus globalement intéressé par les symbioses et leur évolution en général, avec un penchant pour certains modèles, comme l’hyper-diversité des Sébacinales, ou les Neottieae, une tribu d’orchidées aux individus albinos fascinants. Ma recherche s’est récemment centrée sur la Truffe, Tuber melanosporum.

Mais l’aventure est collective – vous verrez dans les auteurs de mes articles les nombreux collaborateurs sans qui je ne pourrais travailler !

Je suis éditeur du New Phytologist et éditeur associé de Symbiosis et Botany Letters et Ecology Letters mais aussi à la revue Espèces. Je suis membre correspondant de l’ Académie d’Agriculture de France.

Je suis président de la Société Botanique de France et vice-président de l’International Society for Symbiosis

Je participe aux comités scientifiques de la Société Française d’Orchidophilie et de Tela Botanica.

J’enseigne activement au Muséum et dans diverses universités et grandes écoles AgroParisTech, Ecoles Normales supérieures de la rue d’Ulm (Paris) et de Lyon. Mes cours portent sur les plantes, les algues et les champignons (de la biologie à l’écologie), la biologie des interactions, et sur l’évolution – sur le terrain aussi souvent que possible. J’enseigne en particulier aux futurs enseignants en biologie-géologie notamment à la préparation ENS/ParisXI/MNHN. Enfin, je m’investis beaucoup en vulgarisation, par des conférences, des excursions de terrain, des articles (voir infra), et des livres (ci-dessous)

 


Ouvrages :

« La symbiose » Structures et fonctions, Rôle écologique et évolutif (Editions Vuibert 2000).

« Jamais seul », Marc-André Selosse, Francis Hallé, postfacier (Actes sud nature)

“Les goûts et les couleurs du Monde”, Marc-André Selosse, Arnaud Rafaelian, illustrateur (Actes sud nature)