BIOINSPIR

Créateur de molécule d’intérêt 100% biosourcées pour les secteurs de la cosmétique et de la chimie fine

Après 15 années de recherche en chimie écologique au sein du laboratoire ChimEco, la Pr. Claude Grison s’associe à Technofounders afin de créer BioInspir en 2020, avec comme objectif de commercialiser la production de molécules biosourcées et naturelles à façon pour les secteurs de la cosmétique et de la chimie fine.

BioInspir sélectionne certaines espèces de plantes capables de biosorber des métaux contenus dans des effluents naturels ou industriels. L’utilisation de ces plantes permet de créer des filtres pour capter les métaux, et à partir de ces derniers, de concevoir des écocatalyseurs utilisés pour la synthèse douce de produits à haute valeur ajoutée.

Aujourd’hui, l’entreprise dispose d’une librairie de molécules qui évolue jour après jour. De nouvelles molécules sont développées chaque semaine, soit à façon pour des clients, soit sur des molécules à enjeu pour de nombreuses entreprises.

Après avoir sécurisé un financement de près d’1 million d’euros en Septembre 2020, BioInspir développe sa librairie de molécules et prépare la montée en capacité à l’échelle du kilo-lab.


Communiqué de presse :

BIOINSPIR accélère sa croissance et sécurise un financement de près d’1 million d’euros
Montpellier, le 9 septembre 2020 – Issue des 15 années de recherche menées par Claude Grison et le laboratoire ChimEco, Bioinspir synthétise des molécules pour la chimie fine à partir de sa plateforme unique d’écocatalyse. Seulement quelques mois après sa création, la start-up deeptech sécurise un financement de près d’1 million d’euros pour accompagner sa première phase commerciale. Ces dernières semaines, la start-up a notamment réalisé un tour de table auprès de TechnoFounders Participations, a été lauréate du concours d’innovation i-Nov et bénéficiaire de la Bourse French Tech Emergence.

LES ECHOS / SEPT 2020 / Bioinspir invente un filtre végétal pour dépolluer les eaux contaminées

Issue du laboratoire ChimEco de l’université de Montpellier, la start-up Bioinspir a mis au point un filtre végétal pour capter les métaux dans les eaux polluées. Conçu à partir de plantes aquatiques envahissantes, il pourra ensuite être réutilisé pour d’autres applications. Des discussions sont en cours avec des industriels de la chimie. Suite.



Site Web


Contact :

Laisser un commentaire