ALEXANDRA HOUSSAYE

Alexandra Houssaye est Paléontologue au Muséum National d’Histoire Naturelle, chargée de recherche au CNRS, au laboratoire MECADEV (mécanismes adaptatifs et évolution) au MNHN. Paléontologue de formation, elle est chercheuse en morphologie fonctionnelle et étudie les adaptations du squelette au cours de l’histoire évolutive des amniotes.

Spécialiste de l’os, elle se focalise sur les adaptations biomécaniques des structures externes et internes des os. Son but est de mieux comprendre le lien forme/fonction chez les organismes actuels afin de pouvoir faire des inférences chez les organismes fossiles et ainsi de mieux comprendre comment le squelette, et donc les organismes, se sont adaptés à des changements de contraintes biomécaniques importants au cours de leur évolution.

Elle fait partie des 46 chercheurs et enseignants-chercheurs du Centre de recherche en paléontologie à Paris. C’est un laboratoire entièrement dédié à la paléontologie. Il est sous la triple tutelle du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), de Sorbonne Université et du CNRS (INEE). 

Alexandra Houssaye est l’auteur d’une thèse

  • La « pachyostose » chez les squamates du Crétacé supérieur : implications phylogénétiques, morphofonctionnelles et paléoécologiques 

Et dirige actuellement 3 thèses

  • Structure interne et externe des os des membres chez les dinosaures et leurs cousins en fonction de leur posture 
  • Adaptation morphologique et microanatomique des os longs à la graviportalité chez les Rhinocerotoidea
  • Vers un gigantisme extrême – Adaptations internes et externes des os longs chez les dinosaures souropodomorphes


Emission radio : https://www.franceinter.fr/personnes/alexandra-houssaye

Article : https://theconversation.com/ces-reptiles-marins-pondaient-de-tres-gros-bebes-du-nouveau-chez-les-plesiosaures-114575

Article :  https://theconversation.com/enquete-chez-le-seul-mammifere-herbivore-devenu-aquatique-une-sirene-prehistorique-124049


Site web

Twitter


BIOINSPIR

BIOINSPIR synthétise des alternatives biosourcées pour le secteur de la chimie fine, des parfums et de la cosmétique.
La startup de la chimie verte valorise une partie des travaux de recherche menés par Claude Grison et le laboratoire ChimEco. Ils ont découvert les capacités d’absorption hors norme de métaux d’intérêt par des plantes spécifiques (la « biosorption ») et ont inventé des catalyseurs obtenus à partir de cette biomasse chargée en éléments métalliques (les « écocatalyseurs »). BIOINSPIR a été créée pour mettre en oeuvre ces écocatalyseurs, obtenus en dépolluant les effluents de sites industriels, afin de synthétiser des produits de la chimie fine en biosourcé.

Communiqué de presse :

BIOINSPIR accélère sa croissance et sécurise un financement de près d’1 million d’euros
Montpellier, le 9 septembre 2020 – Issue des 15 années de recherche menées par Claude Grison et le laboratoire ChimEco, Bioinspir synthétise des molécules pour la chimie fine à partir de sa plateforme unique d’écocatalyse. Seulement quelques mois après sa création, la start-up deeptech sécurise un financement de près d’1 million d’euros pour accompagner sa première phase commerciale. Ces dernières semaines, la start-up a notamment réalisé un tour de table auprès de TechnoFounders Participations, a été lauréate du concours d’innovation i-Nov et bénéficiaire de la Bourse French Tech Emergence.

LES ECHOS / SEPT 2020 / Bioinspir invente un filtre végétal pour dépolluer les eaux contaminées

Issue du laboratoire ChimEco de l’université de Montpellier, la start-up Bioinspir a mis au point un filtre végétal pour capter les métaux dans les eaux polluées. Conçu à partir de plantes aquatiques envahissantes, il pourra ensuite être réutilisé pour d’autres applications. Des discussions sont en cours avec des industriels de la chimie. Suite.



Site Web


Contacts :

BioInspir
Sophie MOAL, Directrice générale adjointe sophie.moal@bioinspir.com /
+33 (0)6.63.76.08.68
TechnoFounders
Constance LAUMONE, Chargée de communication constance.laumone@technofounders.com

Expo Paris Agricole

Expo à retrouver, avec son auteur et des Parisculteurs, à Biomim’expo le 1er décembre à la Cité des sciences et de l’industrie, NIVEAU S1 EST (en haut).

L’agriculture urbaine s’invite dans nos villes, sous des formes diverses et parfois étonnantes. Le photographe Giovanni Del Brenna nous propose ici son carnet de voyage, à la rencontre des « Parisculteurs » de la capitale, illustrant ces nouveaux paysages urbains qui sont aussi autant de paysages humains. La ville redevient nourricière … de denrées alimentaires, mais également de liens sociaux, de biodiversité, de connaissances et de reconnexions.

Sélection de 10 planches exposées à Biomim’expo 2020 :

Les Bergers Urbains en pâturage en parcours dans la résidence Lumière des 4000 avec les brebis de l’association Clinamen pour le bailleur social Plaine Commune Habitat. La Courneuve. Novembre 2018

Mise en place de bacs de plantations pour tester des technosols (sols construits à partir de déchets verts de la ville). Toit AgroParisTech, Paris Ve. Mai 2017

Récolte de pâtissons sur le toit de l’Opéra Bastille. 1000 mètres carrés de potager conçus et exploités par Topager. Paris XIIe. Septembre 2018

Les poules de Houdan au siège de la RATP sont nourries avec les restes de la cantine. Paris XIIe. Juin 2017

Les Houblonnières, projet conçu et réalisé par Topager et Mattia Paco Rizzi sur un toit de Keys Properties à Levallois. Juillet 2017

Culture d’endives bio par la micro-ferme urbaine La Caverne dans le parking désaffecté Raymond Queneau. Paris XVIIIe. Novembre 2018

Production de pleurotes bio dans la ferme urbaine La Caverne dans le parking désaffecté Raymond Queneau. Paris XVIIIe. Novembre 2018

Potager vertical installé par METRO France et INFARM dans l’entrepôt METRO de Nanterre, en hydroponique. Avril 2019

La RECyclerie, implantée dans une ancienne gare de la petite ceinture à Paris. Travail collaboratif et réhabilitation. Avril 2017.

Biodiversiterre 2017. Une installation végétale sur 10.000 m2 Avenue Foch à Paris. Conçu par l’artiste Gad Weil. Opération de sensibilisation du public organisé par la Mairie de Paris. Juin 2017


Intégralité des photos à retrouver sur le site du photographe.


Expo à retrouver, avec son auteur et des Parisculteurs, à Biomim’expo le 20 octobre à la Cité des sciences et de l’industrie, NIVEAU S1 EST (en haut).


Pour en savoir plus sur l’agriculture urbaine :

Toute l’info sur le site spécialisé :  www.agri-city.info

Les Parisculteurs, site officiel

LES HORIZONS / JANVIER 2020 / Agriculture urbaine

CERDD / MAI 2019 / Caractéristiques de l’agriculture urbaine (formes & services)

FUTURA SCIENCES / MARS 2019 / Qu’est-ce que l’agriculture urbaine ?

REPORTERRE / AVRIL 2018 / L’agriculture urbaine pourrait nourrir 10 % des populations des villes

CNRS

Le Centre national de la recherche scientifique est une institution publique de recherche parmi les plus reconnues et renommées au monde. Depuis plus de 80 ans, il répond à une exigence d’excellence au niveau de ses recrutements et développe des recherches pluri et inter disciplinaires sur tout le territoire, en Europe et à l’international.  Orienté vers le bien commun, il contribue au progrès scientifique, économique, social et culturel de la France. Le CNRS, c’est avant tout 32 000 femmes et hommes et 200 métiers. Ses 1000 laboratoires, pour la plupart communs avec des universités, des écoles et d’autres organismes de recherche, représentent plus de 120000 personnes ; ils font progresser les connaissances en explorant le vivant, la matière, l’Univers et le fonctionnement des sociétés humaines. Le lien étroit qu’il tisse entre ses activités de recherche et leur transfert vers la société fait de lui aujourd’hui un acteur clé de l’innovation. Le partenariat avec les entreprises est le socle de sa politique de valorisation. Il se décline notamment via plus de 150 structures communes avec des acteurs industriels et par la création d’une centaine de start-up chaque année, témoignant du potentiel économique de ses travaux de recherche. Le CNRS rend accessible les travaux et les données de la recherche ; ce partage du savoir vise différents publics : communautés scientifiques, médias, décideurs, acteurs économiques et grand public.

Pluridisciplinaire, le CNRS couvre l’ensemble des domaines scientifiques : les sciences humaines et sociales, la biologie, la physique nucléaire et la physique des particules, les sciences de l’information, les sciences de l’ingénierie et des systèmes, la physique, les mathématiques, la chimie, les sciences de la Terre et de l’Univers, l’écologie et l’environnement.

Imitation de structures, de propriétés, de processus et d’interactions développés par des entités biologiques, les réalisations inspirées par la nature sont de plus en plus répandues dans de nombreux domaines de la recherche et de l’innovation. L’institut des sciences de l’ingénierie et des systèmes du CNRS a ainsi choisi comme thème scientifique prioritaire en 2020 l’Ingénierie inspirée par la nature. Les chercheuses et chercheurs de ses laboratoires montreront à Biomimexpo comment des modèles dans la nature peuvent constituer un facteur d’inspiration pour trouver des solutions d’ingénierie à une problématique scientifique et/ou technologique identifiée et formalisée.

Pour plus d’information : www.cnrs.fr et https://insis.cnrs.fr/fr/2020-annee-de-lingenierie-inspiree-par-la-nature

 

ETH ZURICH

Nature inspired display material

Have you ever wished your mobile phone display was unbreakable? Researchers from ETH Zurich imitate materials from nature to create transparent materials with high fracture resistance.


Here is a short video  :

Contact :

Mr Tommaso Magrini

Student / Programme Doctorate at D-​MATL

Address

ETH Zürich

Tommaso Magrini

Complex Materials

HCI G 530

Vladimir-​Prelog-Weg 1-5/10

8093 Zürich

Switzerland

  • +41 44 633 66 94
  • (Alt.) +41 78 667 67 12
  • 0000-0002-6075-7625

PUSH4M

 

Le muscle biomimétique

Multiplication de la force en sortie sans perte de vitesse
Transversalité de la RSE & Performance extra financière

Spécial Deep Tech / Une innovation majeure pour le partage efficace des tâches,
l’assistance à l’effort et à l’intelligence augmentée, et pour la santé au travail.

Le muscle biomimétique développé par Push4m s’adapte sur tous les engins/machines et peut se déployer dans tous les environnements de travail, même les plus extrêmes.


LOGIC DESIGN / JANV 2019 / Push4M : une innovation en co-robotique

A l’origine du projet Push4M : une proposition qui révolutionne la compréhension des cellules musculaires. Nicolas de Lussy, fondateur de la startup, a pris conscience d’une incompatibilité entre l’état des connaissances en médecine et en mécanique. Le muscle en raccourcissant crée une traction, tout le monde le sait. Jean Hanson et Hugh Huxley ont proposé une interprétation du fonctionnement de la cellule musculaire transposée à celui du vérin qui a conditionné toutes les découvertes dans ce domaine depuis 1954. Et si une autre interprétation était possible ? … suite

LE TELEGRAMME / DEC 2019 / Push4M : un petit robot maous costaud

Nicolas De Lussy est un électron libre. Le Groisillon a créé le robot Push4M. Un bras de levier inspiré du muscle. Désormais courtisé après avoir bousculé bien des certitudes en génie civil. … suite


Site web


Contact :

CEREMA


Le biomimétisme : une approche innovante pour des territoires résilients

Depuis plusieurs années, fort de ses expériences auprès de collectivités pionnières, le Cerema contribue à mettre au point et à faire évoluer, de manière partenariale, des méthodes d’aide à l’émergence et à la conception de projets. En 2019, aidé du laboratoire d’innovation de la Dreal Auvergne-Rhône-Alpes, il a formalisé une approche « Projets autrement », qui propose 5 principes pour mobiliser les ressorts de l’intelligence collective et de la résilience au profit du projet.
Dans cet esprit, il a initié et s’engage dans une recherche-action collaborative consacrée au biomimétisme territorial. L’ambition : faire de ce courant qui s’inspire du Vivant un nouvel art de concevoir les projets pour des territoires résilients.
Cette recherche-action s’inscrit dans un moment historique où les enjeux liés au dérèglement climatique et à l’effondrement de la biodiversité nous font prendre conscience de l’atteinte des limites physiques, naturelles et biologiques, avec la dégradation irréversible des ressources.

Contact :

  • David Nicogossian

ALPHANOV

ALPhANOV est le Centre de Ressources Technologiques de la Nouvelle-Aquitaine spécialisé en optique et photonique.
Nous développons depuis plusieurs années des procédés de fonctionnalisation de surface basés sur la fabrication de nanostructures structures bio-inspirées par usinage et texturation laser.
Nous sommes capables de modifier des surfaces de matériaux variés (métaux, plastiques, verres, cristaux) pour modifier leurs propriétés  de réflectivité optique (du noir à un effet holographique), de bio-contamination, de mouillabilité ou encore pour améliorer leurs performances tribologiques.

Accompagnement technologique :

Du montage de projets collaboratifs au soutien technologique pour la création d’entreprises, ALPhANOV vous accompagne dans vos projets industriels.

Grâce à des relations étroites avec les laboratoires de recherche (LOMA, CELIA, LP2N, IMS, Trèfle, XLIM …) et les entreprises photoniques locales, ALPhANOV intervient tout au long du processus d’innovation :

  • Montage de projets collaboratifs : recherche de partenaires académiques ou industriels, organisation de consortium, ingénierie financière.
  • Industrialisation : ALPhANOV met à disposition de ses partenaires ses compétences en ingénierie afin de les aider dans les phases de conception et de réalisation de produits industriels.
  • Création d’entreprises : ALPhANOV offre aux porteurs de projet de création d’entreprise un environnement professionnel et technologique favorisant le partage d’idées et de solutions et  permettant de valider des concepts et de mettre au point des prototypes.

ALPhANOV intervient en parfaite synergie avec les autres acteurs de soutien au développement industriel, tant régionaux que nationaux :

  • le pôle de compétitivité ALPHA – Route des Lasers & des Hyperfréquences ;
  • les technopoles aquitaines qui assurent l’accompagnement stratégique à la création d’entreprises, en particulier Bordeaux Unitec ;
  • la SEML Route des Lasers capable de répondre aux besoins en immobilier spécifiques à la filière ;
  • Aquitaine Science Transfert chargée du transfert technologique entre les laboratoires et les industriels ;
  • le ministère de la recherche ;
  • Bpifrance;
  • le Conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine et l’ensemble des collectivités territoriales qui interviennent dans le financement des projets industriels.

Site web


Contact :