FREDERIC BOYER

Frédéric Boyer est ingénieur en mécanique de Grenoble INP (1991), docteur en robotique  de l’UPMC  (1994). Il  est entré à l’Ecole des Mines de Nantes en 2009 et est, depuis, professeur de robotique au département automatique, productique et informatique (Laboratoire LS2N) d’IMT Atlantique. C’est un passionné de biologie.

Il a publié plus d’une cinquantaine d’articles dans des journaux de rang A sur un vaste champ de disciplines (mécanique géométrique, dynamique des structures non linéaires, robotique, capteurs, mécanique des fluides, aéronautique). En 2007, il a reçu le prix de l’Académie des sciences Michel Monpetit pour l’ensemble de ses travaux en dynamique et reçu avec ses co-auteurs le prix La Recherche en 2014 dans la catégorie Technologies innovantes pour leur travaux sur le sens électrique.

Ses recherches portent aujourd’hui sur la locomotion bio-inspirée (nage, reptation, vol..) et la perception par champs électrique. Il a monté et coordonné plusieurs projets nationaux (CNRS ROBEA « Robot Anguille », ANR « Robot Anguille en Milieux Opaques ») et un projet européen (FP7 FET) nommé ANGELS dont le but était de réaliser et d’étudier un robot nageur doté du sens électrique. « Dans le domaine de la locomotion, j’ai commencé par étudier la nage et progressivement élargi mon intérêt pour d’autres modes de locomotion comme la reptation, le vol inspiré des insectes … Actuellement, notre groupe contribue à dessiner une théorie générale de la dynamique de locomotion bio-inspirée basée sur des outils en mécanique géométrique (variétés riemanniens, groupes de Lie, fibrés principaux, connexions …) pour tirer parti des formulations intrinsèques en vue d’obtenir des modèles analytiques et des algorithmes rapides implémentables sur des robots réels. »

En 2006, Frédéric Boyer a lancé une recherche pionnière sur le sens électrique pour la robotique sous-marine. Il a contribué avec  un groupe pluridisciplinaire à proposer de nouveaux capteurs, de nouveaux outils de modélisation (provenant de la mécanique des fluides à faible nombre de Reynolds), de nouvelles approches de contrôle basées sur les capteurs. « En tant que coordinateur de projets collaboratifs sur ces sujets, j’ai contribué à la construction de plusieurs prototypes de robot anguille et le premier robot sous-marin capable de naviguer de manière autonome avec le sens électrique. »


Archives revue de presse

I’MTech / FEV 2020 / Les poissons artificiels de la lagune de Venise

OUEST FRANCE / JAN 2019 / Nantes. Quand les robots imitent les animaux

INSTITUT MINES TELECOM / AVRIL 2015 / L’intelligence incarnée, une approche bio-inspirée en robotique – Frédéric Boyer, Mines Nantes

 

Laisser un commentaire