Librairie et dédicaces 2022

Comme chaque année, le partenaire librairie de Biomim’expo, Rue de l’Echiquier, propose une sélection d’ouvrages aux visiteurs.

Et certains auteurs nous font chaque année le plaisir de venir proposer des séances de dédicaces.


Le programme 2022 est en cours. Pour rappel et à titre d’exemple ci-dessous, le programme 2021 des dédicaces.


10h – 10h30

Philippe Grandcolas

Le sourire du Pangolin – ou comment mesurer la puissance de la biodiversité / CNRS EDITIONS

Un animal peut-il sourire ? Bien sûr, ou plus exactement… c’est parce que nous sommes nous-mêmes des animaux que nous pouvons le faire ! Cette inversion des rôles signe notre rapport à la diversité du vivant. Nous prétendons la dominer. En réalité nous la comprenons mal, nous la maltraitons et nous nous mettons en danger.

Le pangolin est le symbole malheureux de cette relation à la nature : braconné par centaines de milliers depuis de nombreuses années pour sa viande et ses écailles, il ne préoccupe les médias que brièvement, au moment de son implication hypothétique dans la Covid-19. Plus près de nous, les alter ego du pangolin – renards ou blaireaux – sont également décimés, alors qu’ils jouent un rôle important dans le contrôle de plusieurs maladies.

La biodiversité attend que nous la comprenions enfin pour ce qu’elle est : une puissante et immense source de vie en perpétuelle évolution qui garantit le maintien du vivant sur Terre. En la fragilisant par nos exactions, nous menaçons nos cultures, nos élevages ou notre santé. Philippe Grandcolas appelle à mieux la connaître pour mieux la respecter, à l’aube d’une crise d’extinction mondiale.

>> En savoir plus

Dédicaces au stand Rue de l’Echiquier, en Salle Louis Armand, Niveau S3


10h15 – 10h45

Agnès Guillot, Jean-Arcady Meyer

L’or vert, quand les plantes inspirent l’innovation / CNRS EDITIONS

Notre regard sur les plantes a bien changé depuis que l’on a démontré qu’elles étaient sensibles, capables de mémorisation, de connaissance aiguë de leur environnement et de reconnaissance de leur parentèle.

Car si les plantes n’ont ni cerveau, ni muscles, si elles sont incapables de se déplacer, elles survivent pourtant depuis plus d’un milliard d’années grâce à de nombreuses propriétés leur conférant des capacités adaptatives remarquables.

Ces créatures ont contribué à des progrès scientifiques dans des domaines aussi divers que l’industrie, la médecine, l’architecture, le design, l’informatique et la robotique. Car en s’inspirant des plantes, on peut inventer des adhésifs extraordinairement performants ; lutter contre certains nuisibles comme les punaises de lit ; se protéger de l’eau… ou la stocker ; capter efficacement l’énergie solaire ou éolienne ; recycler le CO2 ; lutter contre les bactéries sans antibiotiques ; fabriquer des implants chirurgicaux botaniques…

D’une plume vive et alerte, les auteurs nous emmènent à la découverte des secrets de l’or vert, et des dernières innovations.

>> En savoir plus

Dédicaces au stand Rue de l’Echiquier, en Salle Louis Armand, Niveau S3


11h – 11h30

Emmanuel Delannoy

Biomiméthique (2021), Rue de l’echiquier

Le biomimétisme bénéficie d’une forte reconnaissance médiatique et institutionnelle depuis le début des années 2010. Mais en quoi ce concept – consistant à s’inspirer de la nature pour écoconcevoir des produits, des procédés ou des systèmes, dans le respect des limites planétaires – pourrait-il nous aider à faire face à cette crise de notre rapport au vivant, dont la Covid-19 n’est qu’un symptôme ? Car selon Emmanuel Delannoy, il n’y a pas de crise du vivant : il n’y a qu’une crise de notre relation au vivant. La pandémie révèle ainsi la difficile intégration de nos organisations sociales, économiques et politiques au sein de la toile du vivant planétaire – que nous appelons « biodiversité » sans toujours comprendre que nous en sommes l’un des éléments.

Après une première partie consacrée à l’étude des limites et des potentiels écueils de notre conception actuelle de la transition écologique, l’auteur décrit les conditions, valeurs et principes d’action d’une approche éthique du biomimétisme, qui contribuerait à l’émergence d’un nouveau rapport au vivant, voire d’un nouvel imaginaire collectif – ce « récit » dont les sociétés ont besoin pour se cimenter et les civilisations pour évoluer.

>> En savoir plus

Dédicaces au stand Rue de l’Echiquier, en Salle Louis Armand, Niveau S3


11h45 – 12h15

Fabrice Bonnifet, Céline Puff Ardichvili

L’entreprise contributive (2021), Dunod

Environnement, climat, société : face à l’urgence, un manifeste engagé, des pistes concrètes et des exemples actuels et inspirants pour redéfinir une politique de contribution globale positive des entreprises à la société.


L’Entreprise contributive a l’ambition d’être un révélateur d’évidences pour agir. Il se veut être le premier ouvrage qui donne les clés de la réinvention de l’entreprise afin qu’elle contribue à la matérialité du « monde d’après ».

>> En savoir plus

Dédicaces au stand Rue de l’Echiquier, en Salle Louis Armand, Niveau S3

après leur intervention en plénière Louis Armand à 11h


11h45 – 12h15

Emmanuelle Joseph-Dailly

La stratégie du poulpe(2021)

Face à la complexité des enjeux de notre époque, comment la bio-inspiration peut-elle améliorer nos vies et nos organisations?

Depuis des millions d’années, animaux et végétaux ont bâti de véritables laboratoires d’innovations comportementales : les baleineaux ont des mentors, les plantes communiquent entre elles, le poulpe pratique l’agilité, le corail le lâcher-prise, les primates le troc, les poissons des alliances de circonstance…

À travers de nombreux récits, Emmanuelle Joseph-Dailly propose dans cet ouvrage d’explorer les modèles vertueux de la Nature, aptes à nous guider pour repenser nos habitudes et notre rapport au temps, aux émotions ou encore à l’apprentissage.

Un essai aussi rafraîchissant que novateur, agrémenté de retours d’expérience de dirigeants et d’experts qui vont puiser dans les mécanismes du vivant pour transformer durablement leurs organisations.

>> En savoir plus

Dédicaces au stand Rue de l’Echiquier, en Salle Louis Armand, Niveau S3

après son intervention en plénière Louis Armand à 10h30


12h30 – 13h

Gabrielle Halpern

Tous centaures ! Eloge de l’hybridation (2020), Le Pommier

Le monde autour de nous se métamorphose ; ce que nous étiquetions autrefois sans l’ombre d’un doute devient mêlé, autre, nouveau. Jour après jour, nos dispositifs les plus anodins l’attestent : un téléphone n’est plus seulement un téléphone, il est aussi un appareil-photo, une télévision, un réveille-matin. Pour Gabrielle Halpern, cela participe d’une mutation plus générale : les cultures, les villes, les entreprises, les identités, les modes de travail et de consommation, la politique, les stratégies, les genres, les êtres humains sont désormais sous le signe du composite, du contradictoire. En un mot, tout s’hybride. 

>> En savoir plus

Dédicaces au stand Rue de l’Echiquier, en Salle Louis Armand, Niveau S3


12h40 – 13h10

Jean-Pierre Goux

Siècle bleu (2021), LA MER SALÉE

L’organisation écologiste Gaïa est prête à tout pour sauver la planète et l’humanité. Ses membres multiplient les opérations spectaculaires et inquiètent le gouvernement américain.

Dans la lutte sans merci entre les États-Unis et la Chine pour mettre la main sur un nouvel eldorado, Washington se sert d’Abel, le leader charismatique de Gaïa, comme bouc émissaire.
Il devient l’ennemi public n°1 et n’a pas d’autre choix que de découvrir la vérité. Vérité qui pourrait faire basculer le monde dans l’apocalypse… Ou au contraire, l’entraîner vers un futur plus harmonieux.
Complots, chamanisme, conquête de la Lune, codes secrets, mais aussi espoir et utopie… De l’Arizona à l’atoll de Diego Garcia, du Mont Fuji jusqu’au golfe du Tonkin, Siècle bleu est un thriller écologique résolument visionnaire, mais surtout un grand roman d’aventures !

Siècle bleu, le premier tome d’une saga qui interroge notre époque.

>> En savoir plus

Dédicaces au stand Rue de l’Echiquier, en Salle Louis Armand, Niveau S3

après son intervention en plénière à 12h


13h30 – 14h

François Lasserre

Inventaire des petites bêtes des villes (2020)

Cet ouvrage illustré avec précision et attention répertorie les principaux animaux non humains de nos villes. Parmi ces 100 spécimens, certains nous sont familiers (merles, écureuils, guêpes), d’autres plus mystérieux comme les perruches, les agrions élégants ou encore les pipistrelles communes. Et pourtant, ils vivent quasiment tous autour de nous !
Ce livre est une invitation à les connaître simplement, à les voir différemment, à aiguiser notre regard et à aller vers toujours plus de respect et d’attention pour ces petits auxiliaires uniques et vivants !

>> En savoir plus

Dédicaces au stand Rue de l’Echiquier, en Salle Louis Armand, Niveau S3


15h – 15h30

Bruno David

A l’aube de la sixième extinction, comment habiter la Terre (2021), Grasset

Au cours de sa longue existence, notre planète a connu plusieurs crises majeures, qui, à chaque fois, ont transformé en profondeur le vivant et entraîné l’extinction de la majorité des espèces. Mais l’image d’Épinal qui montre un dinosaure regardant, l’œil inquiet, une météorite s’écraser sur la terre et provoquer son extinction brutale est un mythe. Les crises de la biodiversité avancent masquées, en silence. L’homme et sa consommation sans cesse croissante d’espace et d’énergie en est la première cause. Si rien n’est fait, cette nouvelle crise majeure de la biodiversité aura bien lieu, et l’humanité, dont la survie et la prospérité dépendent de l’équilibre des écosystèmes, pourrait elle aussi disparaître.

>> En savoir plus

Dédicaces au stand Rue de l’Echiquier, en Salle Louis Armand, Niveau S3

après son intervention en plénière à 14h


16h15 – 16h45

Serge Berthier

L’éveil du Morpho (2021), Flammarion

Plus vite, plus loin, en piochant toujours plus dans les ressources d’une nature à bout de souffle : notre modèle montre ses limites. Comment le refonder ? C’est en se passionnant pour le sublime papillon Morpho que l’auteur a entrevu la voie à suivre.


Multifonctionnalité, désordre et économie en éléments : les grands principes exploités par le vivant sont fort éloignés de notre façon d’innover aujourd’hui… Prenez les ailes bleu lagon du Morpho : elles se rigidifient ou se courbent pour optimiser le vol, mais sont aussi autonettoyantes, antibactériennes, et régulent la température de l’animal dès son éveil. Quant à leur merveilleuse couleur, obtenue sans pigment ni terre rare vouée à l’épuisement, elle lui permet de communiquer et d’éviter ses prédateurs !


Le temps d’une expédition en Amazonie sur les traces du mythique papillon, Serge Berthier détaille les solutions adoptées par ce bijou d’ingénierie. Et si nous nous en inspirions pour réparer la planète et imaginer un monde meilleur ?

>> En savoir plus

Dédicaces au stand Rue de l’Echiquier, en Salle Louis Armand, Niveau S3