Biomim LAB Show

#2 [ LE BIOMIM LAB SHOW

Par séquence de 30 minutes, des chercheurs et entrepreneurs feront des démonstrations et des manips sur une scène ouverte posée au coeur de l’événement.  

  • 10h-10h30 / Présentation et démo du robot AntBot, un robot autonome inspiré par des fourmis du désert, capable de retrouver son chemin sans GPS.


    AntBot

    Bande annonce

    • Dr. Stéphane Viollet, Directeur de Recherche CNRS, Institut des Sciences du Mouvement de Marseille
    • et Antoine Wystrach, Chargé de Recherche au CNRS, Centre de recherche sur la cognition animale à Toulouse (CNRS/Université Paul Sabatier).
  • 10h45 – 11h15 / Avineck : du cou des oiseaux aux robots : la rencontre de la recherche en anatomie et en ingénierie pour comprendre la nature et proposer des solutions technologiques innovantes.


    Descriptif :

    Le cou bouge la tête. Chez les oiseaux, il est à la fois flexible et précis, léger et puissant, autant de qualités requises chez un robot. La cohérence des structures de tenségrité est assurée par des liaisons en tension. En étudiant les cous des oiseaux, les chercheurs visent à mieux comprendre comment ce principe s’applique dans la nature. La modélisation de la forme des vertèbres et des muscles alimente ainsi le développement des robots avec des applications potentielles dans les usines nouvelles.

    Déroulement :

    Nous allons montrer les caractéristiques du cou chez les oiseaux et expliquer le principe de la tenségrité. Nous montrerons qu’une structure en tenségrité reste stable même lorsqu’on lui applique un changement qui déstabilise une structure en pivot. Nous présenterons un bras articulé formé de modules de tenségrité actionné par des câbles qui montrera le potentiel en robotique d’une structure inspirée du cou des oiseaux.

    En savoir plus sur le projet Avineck : https://anr.fr/Projet-ANR-16-CE33-0025

    Descriptif et déroulement

    • Anick Abourachid, professeure au Muséum National d’Histoire Naturelle, Directrice adjointe UMR 7179 Mecadev, Pavillon d’Anatomie Comparée
    • Matthieu Furet, doctorant en robotique au LS2N (Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes), Normalien agrégé de sciences industrielles de l’ingénieur option mécanique
  • 11h30 – 12h / Ce que les matériaux capables de changer de forme nous réservent pour demain : comment les structures biologiques prennent-elles leur forme complexe dans l’espace à partir de cellules initialement toutes identiques ? Peut-on s’inspirer des phénomènes de morphogènese pour imaginer des matériaux capables de faire évoluer leur forme ?


    On montrera en direct certains de ces matériaux que l’on peut programmer pour qu’ils changent de forme en réponse à un stimulus, avec des applications potentielles dans les domaines de la médecine orthopédique, de la chirurgie, ou de l’architecture.

    Descriptif et déroulement

    • Benoit Roman, Directeur de Recherche au CNRS, travaille au laboratoire Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes. Son équipe cherche à s’inspirer de la morphogénèse biologique pour fabriquer des matériaux capables de changer de forme. Il a co-écrit le livre grand public « Du merveilleux caché dans le quotidien, la physique de l’élégance » (Flammarion) qui a reçu le prix Roberval et le prix « le goût des sciences ».
    • Etienne Guyon, ancien directeur de l’Ecole Normale Supérieure et du Palais de la Découverte, il travaille également au laboratoire Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes. Il est co-auteur du livre « Du merveilleux caché dans le quotidien, la physique de l’élégance ».
  • 14h – 14h30 / Les insectes vont vous surprendre, et demain changer vos vies : Les insectes dits « hémiptères » (punaises, pucerons, cochenilles, cigales), de mauvaise réputation pour la plupart, peuvent ouvrir la voie à des applications étonnantes dans les domaines des matériaux, des capteurs ou de la chirurgie.


    Images à l’appui, vous découvrirez comment ces insectes ont développé depuis plus de deux cent millions d’années un appareil sophistiqué leur permettant d’aller chercher une nourriture cachée dans des organes d’un autre organisme, le plus souvent les vaisseaux conducteurs des plantes à fleurs. Ces organes piqueurs, véritables seringues biologiques, s’avèrent avoir des propriétés exceptionnelles en termes de matériaux constituants, de morphologie ou de fonctionnement mécanique.

    Descriptif et déroulement